Ce que nous sommes tout le monde s'en fout,

Nous sommes leurs pions un point c'est tout,

Mais la lie faut pas boire,

Des pervers aux manipulateurs,

Nous sommes les souffre-douleur,

Tu peux m'en croire

Angéla, faut se faire une raison,

Certains sont pourris jusqu'au fond,

Jusqu'à la moelle,

Même aux lueurs de nos feux-follets,

Ils viendront encore nous voler,

Quelques étoiles

Ils viennent souper sur notre glaise

Habillés comme des corbeaux,

Ils vivent comme des rois sur notre dos,

Nous en déplaise

Depuis 20 ans radios, télés et journaux,

Régulièrement les infos,

Nous réssucitent,

Si les gens meurent sans un sou,

Certains en amassent beaucoup,

Beaucoup plus vite

Il faut pas se faire plus de mauvais sang

Mais on est pas gâtés souvent,

Ma chère Angéla,

C'est triste mais tes "frères" et "soeurs",

N'ont même pas la moitié d'un coeur,

Dans la poitrine

Qu'ils soient clairs ou moins blancs,

En décembre on les entend,

Qui nous appellent,

Mieux que la vermine et le temps,

Ils rongent nos âmes en fouillant,

Dans nos poubelles

Mais malgré ces charognards-là,

Qui ont mis nos coeurs tant de fois,

Entre deux chaises,

Profitons du bonheur du jour,

Oublions un instant les vautours

Du Père Lachaise.

Texte sous copyright. Reproduction et diffusion strictement interdites sans l'autorisation de l'auteur -

chiottes Allez, chiche, on tire la chasse d'eau?