Le 9 mars présentation du sidaction 2009

Pierre Bergé à une représentante du ministère des Affaires étrangères qui défendait l'action de l'État contre le sida. «L'État ne joue pas son rôle. Les promesses ne sont pas tenues. Il faut que les morts passent avant les monuments historiques», a-t-il dit.
C'est surtout les vivants qui doivent passer avant les monuments historiques, Monsieur Bergé, les vivants...avec ou sans le vih.
Qu'allez vous nous sortir comme conneries cette année de votre chapeau, Faire encore plus peur aux séronégatifs pour mieux stigmatiser les séropositifs ?

2