EMEUTES DE LA FAIM EN FRANCE !

(samedi 28 mars 2009)

carrefouravant

Carrefour Sartrouville. Un magasin pourri, comme le Leclerc de Franconville. Peu de clients en semaine, et des clients pauvres. Juste un afflux de pauvres clients en fin de mois, quand tombe la paye, pour les rares qui en ont, et la première semaine du mois, pour tous ceux qui touchent les aides sociales. En fin de mois, il y a toujours des tensions, vous remarquerez.

Dans la rue, les magasins, le bureau, le manque de fric se fait sentir. La France est en train de se paupériser, on le sait tous, même si le gouvernement nous fait croire le contraire. On sent bien qu’on est en train de se faire ratiboiser, et que le niveau de vie a chuté de 20%, environ. Encore un étage plus bas, et les classes moyennes, qui vivaient déjà dans les privations (vacances, bien culturels, viande), vont se retrouver à l’étage des « pauvres ». Les pauvres, eux, vont se retrouver à l’étage du quart-monde, c’est-à-dire à la cave, avec les rats et les cafards.

Tout l’étalage social va dégringoler d’un cran. Il y a aura de la casse. Sociale, humaine.

Hier, dans le 78, le magasin Carrefour, a été pris d’assaut par des milliers de Français de toutes les couleurs, qui avaient la dalle. Il n’y a pas d’autre explication : il y avait des jeunes, des vieux, des familles, des célibataires, de tout. Tout le monde a « chouré ». On a même vu des jeunes Arabes qui aidaient des petits Blancs de 75 ans à charger des caddies de bonnes choses : viande, fromage, saumon, alcool… bref, tout ce qu’ils ne peuvent plus se payer, avec leur retraite de misère.

1297158_1703479après

La France est devenue ce pays dégueulasse qui envoie à la mort lente ceux qui se sont cassé le cul pour elle. Rien que pour ça, le gouvernement mérite d’être passé à la mitrailleuse. C’est tout simplement intolérable. Où que vous soyez, si vous avez un voisin petit vieux ou petite vieille qui vit chichement, filez-lui du blé, ou de la bouffe, et allez poser des bombes à l’Elysée. Et pas l’inverse.

Au début, ce sont des bandes de jeunes qui ont couru et sauté par-dessus les caisses. La scène était surréaliste, raconte un témoin : plusieurs centaines de jeunes ont littéralement marché sur les caisses, les bras chargés de « conneries ». Ensuite, la nouvelle s’est propagée à la vitesse d’un SMS viral dans les cités alentours, et les familles entières, sur le pied de guerre, sont venues se servir. Les caissières ont alors baissé les bras, les vigiles se sont fait piétiner par les mères de familles.
Rien n’arrête une mère de famille en colère.

Il faut savoir que les vigiles viennent des mêmes cités… Enfin, lorsque les autorités du magasin comprirent qu’il ne servait à rien de résister, la foule a déferlé dans les rayons, dans un turn-over dingue entre appartement et magasin. Chariots, caddies, sacs, tout servait pour se servir.

En deux heures, le temps qu’il faut à des piranhas pour nettoyer un boeuf, les habitants de l’environnement de l’hyper, rendus fous par la l’étranglement budgétaire et alimentaire, ont littéralement nettoyé des milliers de mètres carrés de rayons.

Il ne reste que des merdes, comme après une bombe atomique : des piscines, des tabourets, des pizzas pourries, des bouteilles cassées. Il y a même des caissières qui sont parties avec du matos… Il est peu probable qu’elles reviennent.

Quand les pauvres auront fini de digérer leur butin, iront-ils piller ailleurs ?

C’est la question qui torture, en haut lieu. A l’Elysée, et Matignon, au-delà du cas Christine Kelly (elle est à moi ou à toi ?), les représentants de la Dominance moulinent.
Répression, ou pas répression ?
Répression, et toute la France, qui s’est trop fait baiser ses acquis sociaux en 20 ans de libéralisme déguisé, peut partir en sucette.
Pas répression, et le pouvoir perdra tout crédit. Où sera la peur ? La peur sera chez les dominants.

Une nuit du 4 août se profile. Mais on a encore le temps, on n’est que le 29 mars.

Dimanche 29 Mars 2009

Christine Quel Lit

---------------

GUEUX  PRIDE

Appel à toutes les femmes et les hommes qui se reconnaissent en tant que gueux de ce système :

Etudiants, Stagiaires, Intérimaires, Salariés précaires, Artistes, Médecins, Squatters, Sans-abris, Malades, Rmistes, Enseignants, Chercheurs, Retraités, Chômeurs, Ouvriers, Travailleurs sans papiers, Homos, Prostitués, Fous, Drogués, Chevelus, Barbus, Chauves, Percés, Taulards, Travailleurs sociaux, Piétons, Cyclistes, Noirs, Arabes, Chinois, et tous les Oubliés…

A tous ceux qui n’auraient pas imaginé de se retrouver en marge…

A tous ceux qui rêvent de gagner plus sans forcément travailler plus pour gagner moins…..

Vous voulez que ça change ? Changeons ! Ce rassemblement est le nôtre !!!

La marche des Gueux POUR :

Une économie solidaire ; La prévalence de l’Humain sur la finance ; L’exigence et la reconnaissance de la qualité de VIE

STOP :

Aux festins des riches, à la bouffe des pauvres ; A la médecine à 2 vitesses, la santé menacée ; A la justice à 2 vitesses, intransigeante pour les étrangers, les fous et les miséreux A une culture instrumentalisée ; Au chacun pour soi et au démantèlement des solidarités ; A une information standardisée

Un seul mot d’ordre : OAÏ ET LIBERTA !!

Le Collectif de la Gueux Pride

http://gueuxpride.marsnet.org/spip.php?page=sommaire

Paris

ça s’organise aussi ! Pour vous joindre au mouvement contacter : squattoujours@free.fr

En attendant c’est la Manifestation Artistique Intersquats festivalfou.blogspot.com

http://www.myspace.com/gueuxpride