OSTÉOPOROSE: APPROBATION DU DENOSUMAB

approved

28 mai - Classé par le magazine Time parmi les 10 plus importantes découvertes scientifiques de 2009, le Denosumab arrive en Europe. La Commission européenne a en effet obtenu aujourd'hui l'autorisation pour traiter l'ostéoporose chez les femmes post-ménopausées à risque accru de fracture et pour le traitement de la perte osseuse associée à la thérapie hormonale ablative chez les hommes atteints de carcinome prostatique.

L'EMEA est la première agence régulatoire dans le monde à approuver le Denosumab, qui est ainsi approuvé dans les 27 États membres de l'UE plus la Norvège, l'Islandeet le Liechtenstein suite à l'avis positif émis par le CHMP ( Comité européen des médicaments à usage humain) en Décembre 2009. L'approbation du Denosumab est basée sur les données de six essais cliniques de phase III démontrant que le médicament est capable de réduire de 68% le risque relatif de subir une nouvelle fracture vertébrale (rachis) par rapport à ceux tratés avec un placebo, en plus d'une réduction de 40% du risque relatif de subir une fracture du fémur et une réduction de 20% du risque relatif de souffrir d'une fracture non vertébrale à 36 mois.

Les six études ont démontré que le Denosumb a une capacité d'incrémentation de densité minérale osseuse. " L'ostéoporose et les fractures de fragilité qui s'en suivent- a déclaré le professeur Maria Luisa Brandi, professeur d'endocrinologie, Directeur de l'unité opérative des maladies du métabolisme minéral et osseux de l'université de Florence - représentent des conditions pathologiques graves pour le patient et lourds pour la société. Le nombre de patients augmente avec l'augmentation de l'espérance de vie. Malgré que de nouveaux médicaments anti-fracturaires ont été développés, de nouvelles options thérapeutiques sont indispensables pour une meilleure efficacité et une meilleure adhérence ".

En utilisant la cible RANK Ligand, le Denosumab offre une nouvelle approche thérapeutique puissante et facile à administrer pour améliorer l'arsenal thérapeutique contre l'ostéoporose. "L'approbation de Denosumab est nouvelle extraordinaire pour les patients, car il s'agit du premier et unique produit approuvé pour traiter la perte osseuse associée à la thérapie ablative hormone chez les hommes atteints de carcinome prostatique à risque accru de fractures ", a déclaré le professeur Bertrand Tombal, président de la division d'urologie et professeur de physiologie à l'Université Catholique de Louvain . "La perte osseuse peut représenter un problème sérieux pour un homme soumis à un traitement ablatif hormonal pour le carcinome prostatique et s'il n'est pas traité peut conduire à des fractures et autres conséquences".

-----------------

Le "petit ventre" augment le risque d'Alzheimer

ga1

Londres, le 24 mai - Il y aurait un lien entre le "petit ventre" et le développement de la démence à l'age sénile.C'est ce qu'affirme une étude de la Boston Univerity publiée dans la revue Annals of Neurology. Les chercheurs ont étudié 700 patients de 60 ans d'âge moyen, en mesurant leur indice de masse corporelle, la circonférence et le pourcentage de graisse abdominale et la taille du cerveau.

Les sujets les plus gras, écrivent les auteurs, avaient tous un plus petit volume de la masse cérébrale. "Nos données, a déclaré Sudha Seshadri, qui a coordonné la recherche , suggérent un lien très fort entre les sujets obèses, en particulier ceux avec une forte composante de graisse viscérale dans l'abdomen, et le risque de développer une démence et d'Alzheimer ".

----------------

lunettes

Sydney, le 26 mai - 40% des chutes des personnes âgées sont dues à des verres progressifs et pourraient être évitées si elles portaient des lunettes avec des verres unifocaux. C'est ce qu'affirme une étude australienne publiée dans le British Medical Journal, selon laquelle les plus grands risques arrivent lors d'activitées extérieures, comme la conduite. Les chercheurs ont recruté plus de 600 personnes de plus de 65 ans qui étaient déjà tombées, toutes habituées à utiliser des verres progressifs et qui quittaient leur domicile au moins trois fois par semaine. La moitié des sujets a reçu des lentilles monofocales, tandis que l'autre moitié a continué avec des lunettes ordinaires. Le premier groupe a eu au total 8% de moins de chutes et d'accidents que les seconds, mais l'écart était beaucoup plus marqué ( jusqu'à 40% ) par rapport aux personnes qui quittaient leur logement régulièrement. "D'après les résultats, nous constatons que pour les activités au dehors il vaut mieux porter des verres monofocaux - écrivent les auteurs, l'Université de Sydney - et pour les activitées d'intérieur, les multifocaux demeurent probablement la meilleure bonne solution. -