connerie

C'est la proposition faite par deux scientifiques: le risque de transmission serait plus élevé dans les six semaines après l'infection. L'initiative pourrait selon eux, faciliter le contrôle de l'infection dans les zones à haut risque.

La proposition ne vient pas d'un fondamentaliste religieux, mais de certains scientifiques et plus précisément du professeur Alan Whiteside de l'Université de Kwazulu-Natalin en Afrique du Sud et du Dr Justin Parkhurst London School of Hygiene and Tropical Medicine du Royaume-Uni , qui sont intervenus à la 18ème Conférence internationale sur le sida, tenue récemment à Vienne.

Selon les études menées par les deux lumières, l'initiative pourrait faciliter le contrôle de l'infection dans les zones les plus à risque - en particulier en Afrique subsaharienne - et contribuer ainsi à la lutte contre la propagation du VIH.

L'hypothèse de départ est celle que le risque de transmission de la maladie est plus élevé dans les six premières semaines après l'infection; en fait, c'est pendant cette période qu'ont lieu jusqu'à 45% des nouvelles infections. Ceci, selon les chercheurs, est dû au fait que le corps, aurait besoin d'une certaine période de temps avant de commencer à réagir contre le virus, période au cours de laquelle ce dernier aurait la possibilité d'augmenter sa dangerosité quant à la transmission.

Selon les scientifiques, "empêcher aux personnes récemment infectées d'avoir des relations sexuelles pendant une période d'un mois pourrait créer un effet  "coupe-feu ", comme quand, pour contenir un incendie de forêt, des arbres sont abattus dans le but d'arrêter l'extension du feu ".

Un rapport publié par l'ONUSIDA, le nombre d'infections au cours des dernières années serait réduit de 25% dans douze des pays les plus touchés par la maladie. Ce chiffre montre que "les jeunes se sont révélés être des agents de changement dans la compréhension de la prévention. Aujourd'hui, il ya des jeunes qui font un usage régulier des préservatifs et beaucoup d'autres affrontent sans crainte le test du VIH "

Le Dr Nicolas Muraguri, directeur de National Aids and Sexually Transmitted Infections Control Programme, a déclaré: « Contrairement au passé, quand les hommes se vantaient sur le nombre de femmes avec lesquelles ils couchaient, les jeunes d'aujourd'hui sont devenus plus prudents ».