luc_montagnier1

le 8 janvier 2011

La revue "Science" a interviewé le Prix Nobel Dr Luc Montagnier sur l'homéopathie et les signaux électromagnétiques.

Dans les derniers jours de 2010 les journaux ont rapporté la nouvelle d'un rapport australien publié dans la revue Archives of Disease in Childhood - du titre original “Adverse events associated with the use of complementary and alternative medicine in children”- dans laquelle était affirmé que l'utilisation sans discernement des médecines alternatives peut être très dangereuse, voire mortelle pour les enfants. Dans le même temps, le Comité Science technologie du Parlement anglais a sollicité le gouvernement et le service sanitaire national ( NHS ) pour annuler tout payement de fonds en faveur de la pratique homéopathique: "les produits homéopathiques sont pas des médicaments et ne devraient plus être autorisés par la MHRA (Agence régulatrice anglaise des médicaments) ".

La colère est l'enfant de la peur, comme l'enseigne la médecine chinoise. C'est pourquoi les détracteurs de l'homéopathie attaquent sans pitié: ils ont peur et réagissent avec violence. C'est l'éléphant devenu fou à la vue de la petite souris qui se glisse entre ses pattes. L' éléphant ne comprend pas pourquoi il ne peut pas l'écraser, malgré sa masse et ses barrissements.
Peut-être que la peur naît de petites mais importantes rides sur le front. Par exemple, l' interview récemment publiée dans la revue Science ( 24 décembre 2010) pour le virologue français et lauréat du prix Nobel Dr Luc Montagnier, qui décrit son dernier travail qui a des implications significatives sur l'homéopathie.

Cette dernière entrevue exprime le grand respect que le Dr Montagnier a pour la médecine homéopathique et ses préoccupations au sujet du « terrorisme » contre lui et d'autres chercheurs qualifiés de la part des sceptiques qui ne sont pas informés adéquatement. Montagnier a fait la forte déclaration suivante au sujet de l'homéopathie et les doses homéopathiques: je ne peux pas dire que l'homéopathie fonctionne. Ce que je peux dire aujourd'hui c'est que les hautes dilutions fonctionnent. Les hautes dilutions de quelque chose, ne sont pas rien. Ce sont des structures d'eau qui imitent les molécules originales. " En outre, le Dr Montagnier fait référence à Jacques Benveniste, le scientifique français qui a effectué une recherche sur les doses homéopathiques comme un "Galilée moderne".

Luc Montagnier avait récemment affirmé avoir les preuves expérimentales qui conféreraient des bases scientifiques à l'homéopathie. L'homéopathie est une discipline pour laquelle certaines substances, si extrémement diluées et successivement soumises à "la dynamisation" (les flacons contenant la dilution doivent être agités par un processus appelé "succussion") sont efficaces pour traiter un large éventail de maladies. Mais du point de vue chimique, la dilution est si élevé qu'à la fin du processus il ne reste aucune molécule. Ce qui revient à diluer de l'eau avec de l'eau. Pour donner une idée des proportions une dilution homéopathique entre les moins extrêmes équivaut à une goutte dans l'océan Atlantique: un paradoxe qui serait toutefois expliqué par l'hypothèse de la mémoire de l'eau, selon laquelle l'eau serait capable de garder le souvenir les substances par lesquelles elle est traversée.

Montagnier dans un «discours intitulé "Nano-éléments des microorganismes ", a affirmé: " Mes études sur le VIH m'ont amené à me rapprocher des idées de Benveniste". Montagnier explique ensuite: "Quand une suspension de mycoplasmes est filtrée à travers des filtres de porosité comprise entre 20 et 100 nm (beaucoup plus petits que la taille moyenne des mycoplasmes), le filtrat obtenu est apparemment stérile, lorsqu'il est cultivé dans un milieu synthétique et analysé par PCR de l'ADN . Mais si le filtrat stérile est incubé avec les lymphocytes T humains (précédemment testé, comme étant exempt de l'infection à mycoplasme), après deux ou trois semaines, on observe la réapparition des mycoplasmes avec toutes leurs caractéristiques, même si le filtrat est amené à la millionième dilution". L'interprétation du phénomène que Montagnier propose est que les nanostructures qui existent dans le filtrat contiennent chacune un fragment de l'information génétique et peuvent donc reconstituer l'ensemble du génome infectif avec l'aide des cellules eucaryotes.

Cette hypothèse a poussé Montagnier à étudier la nature de ces nanostructures et ainsi de découvrir un autre phénomène curieux: la génération d'ondes électromagnétiques à basses fréquences (entre 1.000 et 5.000 Hertz) par des espèces bactériennes et de virus en dilutions aqueuses appropriées. Les bactéries pathogènes classiques tels que les bactéries Escherichia coli, staphylocoques, streptocoques, mycoplasmes et quelques virus, sont sources de ces structures qui émettent des signaux électromagnétiques. Les signaux sont presque tous similaires, même si une analyse plus fine révèle des différences d'espèces. Le plasma de personnes chroniquement infectées par les mêmes agents pathogènes émet des signaux similaires.

Quel écho ont eu ces surprenantes réflexions?
L'omission, comme une arme tranchante de mépris.
Le Dr. Frank Marino, un médecin des médicaments homéopathiques affirme: "Standing ovation pour ce scientifique, qui a le courage de ses idées et qui les défend avec cohérence!". Montagnier n'est pas le premier à découvrir et à affronter les défis et les paradoxes de l'homéopathie, en particulier la question des hautes dilutions, que l'hormesis ne peut pas expliquer. Il pourrait profiter de sa retraite et des fruits de son énorme travail et faire semblant de rien comme beaucoup de ses collègues . Au lieu de cela il remet tout en question pour appuyer la plausibilité de l'homéopathie, sans préjudices.

Comme Louis Rey, Elie et d'autres (ne pas oublier le pauvre Benveniste) il a démontré, avec des données irréfutables en main, que les hautes dilutions ne sont pas Rien mais qu'au contraire elles pourraient ouvrir des voies de recherche capables de révolutionner le cours de la science . Comme d'autres avant lui, il a trouvé un des points faibles sur lequel se fonde le paradigme mécaniste et sait que c'est sur "cette feuille de figue" qu'ont été construits des empires économiques tellement puissants et persuasifs jusqu'à décider non seulement du destin et de l'agenda de la science moderne mais surtout, les bénéfices des sociétés pharmaceutiques et les carrières des universitaires, des administrateurs d'hôpitaux, des hommes politiques, etc. : Encore une fois, c'est à l'économie de dicter les règles du jeu, fixant la "pyramide hiérarchique" des intérêts et des priorités.

L'homéopathie avance, en dépit de tout, alors elle doit être arrêtée à tout prix: par des lois spéciales, la discréditation de la science, les campagnes diffamatoires, le tout savamment orchestré par les médias "cadrés". Ses prises de position irritent l'establishment parce qu'ils proviennent de l'un des scientifiques des plus respectés vivants. Il ne reste plus que l'espoir que d'autres voix de la communauté académique s'élèvent en faveur de ses thèses et que l' exemple donné par Montagnier trouve d'autres soutiens".

Luc Montagnier à l'âge de 78 ans après avoir reçu le prix Nobel en 2008 pour la découverte du VIH s'éloigne du " terrorisme intellectuel " (tel que défini par la revue Science) pour assumer la direction du nouvel Institut de recherche à l'Université de Jiaotong à Shanghai, où il pourra continuer à approfondir les études qui ont provoqué un choc chez de nombreux scientifiques. Il fait valoir que les Chinois ont une plus grande ouverture d'esprit (ou probablement, moins de préjugés et une plus grande prévoyance) et à l'intervieweur qui lui demande s'il ne craint pas de tomber dans la pseudoscience, il répond: Non, parce que ce n'est pas de la pseudoscience. Ce n'est pas du charlatanisme. Ce sont des phénomènes réels qui méritent des études plus approfondies.
Les vrais scientifiques comme Montagnier qui ont le courage d'aller, contre l'avis de l'ensemble du monde académique, dans des terrains inexplorés méritent un grand respect.