cs

Le 27 janvier 2011

La voie vers un nouveau traitement contre le vih est ouverte. John Rossi et ses collègues de l'Université du Colorado à Fort Collins, ont associé deux molécules d'ARN pour tester le VIH dans les cellules infectées.

Chacune des deux molécules joue un rôle clé. La première molécule guide la seconde vers les cellules infectées et cette dernière attaque le virus. Une approche qui, pour l'instant, a été testée sur des souris sur lesquelles ont été implantées des cellules souches du sang humain.
Les aptamères sont de petites molécules d'ARN qui jouent le rôle de guide pour conduire les ARNsi ( d'autres molécules d'ARN ) jusqu'aux cellules infectées. Jusqu'à présent, "le plus grand obstacle dans l'utilisation des ARNsi seules était de les protéger et de ne pas les faire pénétrer dans les cellules non ciblées", explique le Dr Monsef Benkirane, du laboratoire de virologie moléculaire de l'Institut de génétique humaine de Montpellier.

L'association des aptamères à ces molécules "très puissantes une fois à l'intérieur de la cellule," épargne les cellules saines.

Une fois dans les cellules infectées, l'ARNsi bloque la réplication virale. Résultat: la production de virus dans les cellules infectées est inhibée. L'équipe de John Rossi a essayé ce traitement des souris porteuses de cellules souches de sang humain. Leur système immunitaire a été donc câblé sur celui de l'homme et les résultats ont été prometteurs. Un traitement par injection unique a permis de causer la chute de la concentration du VIH ". "Dans certains cas, cependant, ces molécules ne peuvent pas totalement éliminer le virus de la cellule."

"Si cette méthode était développée pour les humains, ce serait une solution révolutionnaire. On peut en effet imaginer son utilisation dans le traitement d'autres maladies, telles que certaines formes de cancer ou d'infection génétiques ".
Pour le moment, l'objectif est d'établir un dosage tel qu'une seule injection par mois soit suffisante pour traiter les patients qui ne répondent plus aux traitements ".