vaccintat

Rome le 19 avril 2011

Le vaccin italien contre le sida mis au point, sera testé sur 200 volontaires en Afrique du Sud. C'est ce qui a été annoncé hier ( 19/04/2011 ), par l'ISS, l'Institut Supérieur de la Santé et le National Department of Health d'Afrique du Sud.

Le vaccin est basé sur la protéine Tat du VIH-1 et avec l'expérimentation clinique de phase II on rentre dans le vif de la recherche, en essayant de tester l'immunogénicité de la substance injectée, en termes simples, son efficacité et bien sûr de sa sécurité.
La coordonnatrice des tests sera Barbara Ensoli du Centre national du sida de l'ISS, avec le financement obtenu par le Ministère des Affaires étrangères.

Le vaccin sera administré aux personnes séropositives âgées entre 18 et 45 ans déjà sous traitement antirétroviral, pour un total de trois injections sur un mois. Il y aura, bien sûr, un groupe témoin traité avec un placebo afin de tester l'efficacité réelle de Tat. explique le président de l'ISS, qui indique qu'il y a des prémices encourageantes sur l'efficacité du vaccin Tat.

Cette phase d'étude, tient à souligner le Président de l'ISS, a été rendue possible par des d'années de recherche, fruit du financement du ministère de la Santé et s'appuie désormais sur le soutien du Ministère des Affaires étrangères dans le cadre d'un programme de coopération entre le gouvernement italien et gouvernement sud-africain.

En Italie, les résultats d'un essai de phase II, lancé dans 11 centres cliniques, ont démontré l'efficacité du vaccin Tat, vaccin qui s'est avéré utile dans l'amélioration de la réponse immunitaire chez les patients VIH-positifs qui étaient déjà sous multithérapie.
En particulier, la substance est en mesure d'obtenir des résultats encourageants en matière de réduction d'altération du système immunitaire, provoquée par l'infection à VIH, que même les antirétroviraux ne réussissent pas à traiter.