hepatite_C


Les données provisoires présentées à la Conférence de l'Infectious Diseases Society of America (IDSA), montrent que 70,5% des 98 patients avec le VIH et l'hépatite C, qui ont utilisé l'inhibiteur de protéase Boceprevir (Victrelis), ainsi que l'interféron pégylé et la ribavirine , ont atteint une charge virale indétectable de l'hépatite C après 24 semaines, dans une étude de 48 semaines, contrôlée avec placebo. Cela, par rapport aux 34,4% des patients dans le bras placebo.

Ces résultats sont comparables au taux de réponse observé dans une étude avec un autre inhibiteur de la protéase de l'hépatite C, le Telaprevir ( Incivo pour l'Union européenne ou Incivek pour les États-Unis ) chez les patients co-infectés, qui a été présentée à la Conférence sur les rétrovirus en février (CROI). Dans le cas du Telaprevir, ces résultats étaient à 12 semaines, une étude sur un total de 48 semaines.

La différence dans les résultats entre les deux médicaments, a été que seulement 5% des patients auxquels a été administré un placebo au lieu du Telaprevir, ont atteint une charge virale indétectable à la douzième semaine.

Deux autres différences ont été trouvées. Premièrement, dans l'étude avec Boceprevir chaque patient était sous traitement antirétroviral pour le VIH et avait une charge virale inférieure à 50 copies / ml, alors que dans l'étude avec le Telaprevir, 22% des patients n'étaient pas sous traitement antirétroviral (mais ont également bien réagi au médicament). Deuxièmement, dans l'étude avec le Telaprevir les patients sous traitement antirétroviral ont utilisé l'inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse Sustiva ou l'inhibiteur de la protéase Reyataz avec l'ajout d'un activateur pharmacocinétique, tandis que dans l'étude avec Boceprevir, chaque inhibiteur de la protéase était admis. Les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse AZT, d4T ou ddI ont été exclus.

Deux choses importantes sont à souligner. Premièrement, dans les deux cas, les données sont provisoires et ne démontrent pas le taux de patients ayant obtenu une Réponse Virale Soutenue indiquant la clairance de l'hépatite C de l'organisme à la fin de l'étude. Dans les études sur les patients mono-infectés, les deux médicaments ont atteint des taux de réponse virologique soutenue de 80%, mais étant donné qu'une certaine proportion de patients qui atteignent une charge virale indétectable pendant le traitement de l'hépatite C, ont une récidive après la suspension, les taux de réponse virologique soutenue devraient être probablement inférieurs chez les patients co-infectés.

Deuxièmement, les patients des deux groupes étaient ceux qui avaient les meilleures possibilités d'une réponse. Ils étaient tous naïfs au traitement de l'hépatite C et avaient le génotype 1 du virus. Le Boceprevir et le Telaprevir sont actuellement autorisés uniquement pour le traitement de l'hépatite C de génotype 1 en Europe et aux Etats-Unis; le génotype 1 est le plus commun, et est l'un des plus difficiles à traiter, mais ces inhibiteurs de la protéase ont peu d'activité contre les autres génotypes viraux.

En termes d'effets secondaires, le plus commun avec le Boceprevir plutôt que le placebo étaient la neutropénie (faible numération de globules blancs - 13% contre 3%), mauvais goût dans la bouche (25% contre 15%), vomissements (25% contre 15%, de la fièvre (34% contre 21%), hémicrânie (28% contre 12%), et le manque d'appétit (28% contre 12%).

Des discontinuations pour des évènements cliniques indésirables, ont été rencontrés chez 14 % des patients avec Boceprevir et 9% chez des patients sous placebo.

Dans chaque cas, les évènements cliniques indésirables classés comme « sérieux », ont eu lieu chez 8% des patients avec Boceprevir comparativement à 21% des patients sous placebo. Dans les études avec Telaprevir, l'effet secondaire le plus fréquent a été une éruption cutanée, classée comme « sévère» dans 7% des patients et chez 15% des patients mono-infectés, dans deux études pour l'autorisation d'une licence commerciale.

La dose utilisée dans cette étude a été de 800 mg de Boceprevir trois fois par jour. Il y a eu une période de 4 semaines d'induction de seulement interféron pégylé et ribavirine: l'idée était de réduire la charge virale initiale de l'hépatite C d'une manière suffisante pour éviter la résistance possible au médicament.

Les résultats complets de l'étude sont attendus pour l'année prochaine