leibowitch 

le 7 décembre 2011

En étudiant les singes infectés par le virus du sida, des chercheurs italiens ont démontré que le contrôle viral pontané est possible après la suspension du traitement antirétroviral. Les résultats ont été présentés au Workshop on Hiv Persistence, Réservoirs & stratégies d'éradication en cours sur l'île des Caraïbes de Saint-Martin avec la participation de 215 spécialistes. La réunion est soutenue par le National Institutes of Health (NIH) de Bethesda (Etats-Unis) et par l'Agence française de recherche sur le sida.

Le deuxième jour de l'atelier, Andrea Savarino et son équipe de l'Institut Supérieur de la Santé, ont parlé d'un possible tournant vers une cure fonctionnelle du VIH, à savoir une situation où l'on obtient une absence de réplication virale malgré la présence de matériel génétique du VIH dans l'organisme et ayant interrompu la thérapie antirétrovirale. Habituellement, en effet, lorsque le patient cesse de prendre les médicaments il y a un rebond de la virémie due à la persistance de réservoirs du VIH dans le corps.

Pour l'expérience, certains macaques ont été infectés par le SIVmac251, le virus «contrepartie» du VIH humain chez les primates. Dix-huit animaux ont reçu un traitement antirétroviral et, dans certains cas des agents anti-réservoirs viraux. Cinq singes ont été impliqués dans une étude pilote sous des régimes multiples anti-VIH ( qui frappaient le virus à plusieurs niveaux ) en combinaison avec le médicament antirétroviral maraviroc, auranofine et l'inhibiteur de synthèse buthionine sulfoximine (BSO), qui avait déjà montré la facilitation de l'élimination des cellules infectées.

La différence entre l'ARN viral avant et après la période de traitement a été positivement corrélée avec le nombre de stratégies potentiellement efficaces contre le réservoir viral que les singes avaient reçu. Des niveaux indétectables du virus de l'analyse (< 200 copies / ml) pendant des périodes prolongées (suivi moyen 115 jours), en particulier, ont été maintenus en l'absence d'une quelconque thérapie chez deux macaques après l'arrêt des traitements reçus. Ces données montrent pour la première fois qu'il est possible d'obtenir un contrôle spontané de la charge virale dans la phase chronique de l'infection, ouvrant la voie vers une cure fonctionnelle du VIH.

"C'est la première fois dans l'histoire - commente Savarino - que l'on obtient une sorte de rémission de l'infection dans sa phase chronique suite à des traitements pharmacologiques.Rappelons-nous qu'à l'heure actuelle, le traitement du VIH / SIDA est. basé sur une administration chronique de médicaments qui ne peut pas être interrompue pendant toute la vie du patient. Suite des investigations ultérieures qui devront être réalisées, si la stratégie s'avère efficace chez l'homme -. conclut le chercheur - une nouvelle voie s'ouvrira vers une cure fonctionnelle du vih, qui permettra aux personnes affectées par cette maladie de s'émanciper de l'administration de médicaments antirétroviraux ".