foie 

Washington, le 16 Janvier 2012

Un groupe de chercheurs de l'University of British Columbia au Canada a trouvé une nouvelle façon de bloquer l'infection par l'hépatite C (VHC) dans le foie qui pourrait mener au développement de nouvelles thérapies pour les personnes touchées par cette et par d'autres maladies infectieuses.

Plus de 170 millions de personnes dans le monde souffrent de l'hépatite C, une maladie causée par une infection chronique par le VHC. La maladie affecte le foie et est l'une cause majeure du cancer du foie et de transplantation du foie dans le monde. Le VHC se transmet par contact avec du sang infecté, et il n'existe pas actuellement de vaccin pour le prévenir.

"Quand le VHC infecte une personne, il a besoin de petites portions de graisse dans le foie pour former de nouvelles particules virales", a déclaré François Jean, professeur du Département de microbiologie et d'immunologie et directeur scientifique du Fonds pour les maladies infectieuses épidémiques et de la Recherche Epidemic (FINDE R) de UBC, "et ce processus provoque l'accumulation de graisse dans le foie menant à une dysfonction chronique de l'organe.

Le VHC est en outre en constante mutation, ce qui rend difficile le développement des thérapies antivirales en mesure de frapper le virus." Ainsi, a expliqué l'expert, "nous avons décidé d'adopter une nouvelle approche pour développer un inhibiteur qui réduit la taille des portions de graisse logées dans les cellules hépathiques pour arrêter la création et la multiplication du VHC vers d'autres cellules. Notre approche - continue-t-il - consiste essentiellement à bloquer le cycle de vie du virus de façon qu'il ne puisse pas se propager et causer d'autres dommages au foie".

La méthode révolutionnaire est expliquée en détail dans la revue " PLoS Pathogens ". Cette nouvelle approche pour contenir la réplication du VHC pourrait se traduire en thérapies utiles pour s'attaquer à d'autres maladies liées aux virus comme celui de la dengue.