foie


le 4 Septembre 2012

L' anticorps monoclonal HCV1 est capable de protéger le foie des chimpanzés du virus de l'hépatite C. C'est la fantastique découverte de MassBiologics, University of Massachusetts Medical School et testé sur un modèle animal à l'Institut de recherche biomédicale du Texas.
Les chercheurs ont découvert que l'anticorps monoclonal humain a réussi à protéger les chimpanzés qui sont la seule espèce animale, en dehors de l'être humain, à être infectée par l'hépatite C.

Les scientifiques avaient démontré précédemment sur des modèles in vitro la fonctionnalité de l'anticorps HCV1, maintenant il faut attendre les essais sur l'homme, mais les médecins se révèlent très optimistes. La recherche a été publiée dans PLoS Pathogens.
" Il s'agit d'un résultat très important parce que l'étude démontre qu'une forte dose d'anticorps réussit à protéger le foie de l' hépatite C ", a déclaré le co-auteur Robert E. Lanford du Texas Biomed. "A partir de cette découverte, on peut supposer réaliser un cocktail d'anticorps et de médicaments antiviraux les plus récents, utilisés actuellement afin de préserver, par exemple, l'apparition de l'infection chez les transplantés du foie".

Comment ça marche? L'anticorps monoclonal reconnaît une glycoprotéine VHC E2 (acides aminés 412-423) et neutralise une large gamme de génotypes de VHC. Avec le chimpanzé, une dose unique de 250 mg / kg de HCV1 injectée 30 minutes avant l'infection par le VHC avec génotype HCV a1 H77, le protège complètement, tandis que qu'un autre animal avec une infection aiguë après une exposition au virus a eu une réduction rapide de la charge virale grâce à l'anticorps, même si le virus avait refait surface après 14 jours. Ces données suggèrent que l'anticorps monoclonal HCV1 peut être efficace pour la prévention de l'infection par le VHC chez les patients soumis à une transplantation du foie.

Un mot des auteurs: La majorité des personnes atteintes de l'hépatite C (VHC) développeront une insuffisance hépatique nécessitant une transplantation hépatique. Malheureusement, le foie transplanté est infecté par le virus dans près de 100% des patients transplantés. Les traitements actuels pour le VHC sont mal tolérés après une greffe du foie. Nous avons développé un anticorps monoclonal appelé HCV1 qui bloque le VHC.

En utilisant les chimpanzés nous avons démontré que le HCV1 a la capacité de prévenir l'infection par le VHC. En outre, le HCV1 peut traiter les chimpanzés chroniquement infectés par le VHC et réduire la charge virale dans le plasma en dessous du niveau de détection pour une période de 7 à 21 jours. Le virus qui réapparaît chez les chimpanzés traités était résistant à la neutralisation. Compte tenu de la capacité du HCV1 dans l'effort pour protéger les chimpanzés contre l'infection par le VHC, nous hypothétisons que le HCV1 peut être utile aux patients infectés par le VHC soumis à une transplantation du foie".