nocondom

-------------------

Publié le jeudi 13 décembre 2012

Brienne-le-Château - Onze élèves du collège Jules-Régnier ont été sanctionnés pour avoir présenté à leurs camarades un exposé sans autorisation de la direction. Deux ont même été exclus une matinée

Lundi, onze parents d'élèves ont eu la surprise de découvrir une lettre de la principale du collège Julien-Régnier annonçant que leur enfant allait être sanctionné disciplinairement. Motif : « Avec des camarades, votre enfant s'est permis d'aller dans différentes classes pour parler du Sida, cela sans autorisation ni aucun contrôle des informations données par les adultes du collège », indique le courrier.
Tous les élèves, scolarisés dans quatre classes niveau 5e et 4e, seront mis en « inclusion » ce jeudi 13 décembre. Ils devront donc se rendre dans leur établissement pour une journée sans cours qui doit leur permettre de réfléchir sur leur acte et de retravailler le sujet abordé devant leurs camarades. Pour deux élèves, cette sanction s'est accompagnée d'une matinée d'exclusion hier.
Tout est parti d'une bonne idée. Expliquer à leurs camarades, avec leurs propres mots, ce qu'est le Sida et diffuser des conseils de prévention.

« Des informations pas adaptées aux 6e »


Dans un premier temps, ils demandent à présenter leur exposé devant l'ensemble des élèves dans la salle polyvalente. Impossible leur répond-on pour des questions d'intendance. Pas vraiment soucieux des procédures à respecter, ils vont poursuivre leur action et iront finalement dans la plupart des classes de l'établissement présenter leur exposé sur le temps de la vie de classe, une heure particulière consacrée à l'expression des élèves sur la vie de la classe, et ce en présence d'un professeur. « Cela part d'une bonne intention, indique la principale du collège Mme Barrois. Cependant, ils ont donné des informations qui ne sont pas adaptées au public qu'ils avaient devant eux, notamment des élèves de 6e. Ils ont donné des informations incomplètes et erronées. »
Les parents des élèves concernés sont abasourdis par cette sanction qu'ils jugent « injuste, démesurée et déplacée ». « Une heure de colle, on n'aurait rien dit car effectivement ils n'avaient pas d'autorisation », souligne Virginie Ferigutti. « Personne ne peut dire qu'ils ont fait ça au nez et à la barbe de tout le monde. Des affiches ont été placardées, les professeurs étaient présents pendant l'exposé, les enfants ont rencontré l'infirmière pour obtenir des préservatifs pour leur exposé…, soulignent trois mères d'élèves sanctionnés. Beaucoup les ont félicités pour leur travail et à l'arrivée, ils sont lourdement sanctionnés. »

http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/exclus-pour-avoir-realise-un-expose-sur-le-sida