Les lubrifiants n'augmentent pas la sensibilité au vih

ang

Washington, le 9 novembre - Pendant les rapports sexuels, l'utilisation de certains lubrifiants à base d'eau n'augmentent pas la sensibilité des tissus au vih. Ce sont les résultats d'une étude réalisée par l' University of Pittsburgh School of Medicine publiée dans la revue PLoS ONE. Les scientifiques, cependant, précisent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les effets de ces lubrifiants personnels sur les tissus épithéliaux, qui sont les couches des cellules de la muqueuse qui représentent la première ligne de défense contre le vih.

"Nous avons testé de nombreux types de lubrifiants personnels et il ne semble y avoir aucun dommage aux cellules qui les rendent plus vulnérables à l'action du vih ", a indiqué Charlene Dezzutti, l'un des auteurs de l'étude. Les scientifiques ont analysé 14 lubrifiants de marques de lubrifiants achetables sur Internet, à base d'eau, lipides et silicone.

-------------

Suède. "Vous avez tous le sida", l'équipe est dissoute pour insultes homophobes

football


le 6 Décembre
Ketil Torp, Président du Sorskogen, club du football amateur suédois, explique ainsi le choix inédit de dissoudre l'équipe pour avoir proféré des insultes homophobes à ses adversaires lors du match contre le Stockholm Snipers, un club qui encourage l'embauche de joueurs homosexuels: "Nous n'avions pas le choix - explique Torp -. Les mots utilisés ne sont pas acceptables dans le football. Nous devons être clairs sur les principes et les valeurs, 90% de nos collaborateurs sont des enfants ou des adolescents".
Comme le raconte le site suédois The Local en anglais, pendant le match, les joueurs du Sorskogen ont utilisé des insultes sordides contre leurs adversaires: "Vous avez tous le sida et vous allez tous nous infecter". Le club a également écopé d'une amende de cinq mille couronnes.

--------------

Des Lymphocytes "épuisés" pour contenir les virus

lymphocytes

Boston, le1er décembre - Deux sous-ensembles distincts de cellules T coopérent pour tenir les infections virales chroniques sous contrôle, même si elles ne parviennent pas à éliminer complètement le virus. La recherche de l'Université de Pennsylvanie a été publiée dans Science. Face à la menace constante de virus comme celui de l'hépatite C ou du VIH, certaines cellules immunitaires de type T deviennent « épuisées »: même si elles sont plus en mesure de répondre, elles sont suffisamment efficaces pour combattre le virus, de façon à le garder suffisament sous contrôle. 
Les scientifiques ont montré que deux facteurs de transcription régulent deux sous-ensembles distincts de cellules antivirales CD8 +T chez les souris, et les deux sont nécessaires pour le contrôle optimal des infections virales chroniques. Un sous-ensemble, régulé par le facteur de transcription T-bet, consiste en des cellules qui ont une durée de vie relativement longue et qui prolifèrent en réponse aux antigènes persistants. Un second sous-ensemble est régulé par le facteur de transcription Eomes. En analysant la façon dont ils affrontent le virus de l'hépatite C, les chercheurs ont compris que ces deux ensembles travaillent ensemble pour maintenir une réponse durable et partiellement efficace pendant les infections virales chroniques chez les humains.