la peur

Mensonges à l’endroit, vérités à l’envers...

nous, dirigeants du Sidaction, accomplissons ce que nous promettons.


seuls les imbéciles peuvent croire que


nous ne luttons pas contre le sida et la discrimination.


Parce que, un chose est certaine pour nous :


L’honnêteté et la transparence sont fondamentales dans nos comptes.


Nous démontrons et démontrerons chaque jour que grande est la stupidité de croire que


les mafias continueront à gérer les associations comme par le passé.


Nous, dirigeants du Sidaction, assurons sans l’ombre d’un doute, que


la recherche et l’aide aux malades est et sera notre cheval de bataille et principal souci.


Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s’imaginent que


l’on puisse encore profiter de l’argent du sida


avec ruses et mensonges.


Nous assumerons notre pouvoir, nous ferons tout pour que


soit mis fin aux situations privilégiées et aux inégalités


nous ne permettrons d’aucune façon que


des enfants meurent en masse du sida


nous accomplirons nos desseins et que même si


les caisses soient complètement vidées


nous exercerons le pouvoir jusqu’à ce que


vous aurez compris qu’à partir de maintenant et plus qu’hier


nous sommes les représentants des séropositifs et malades du sida,présents, passés et futurs

---------------

UNE NUIT J’AI RÊVÉ...

à une Intifada contre l’exclusion et la discrimination pratiquées par le "milieu" du sida...
d’un convoi de "requins du sida" pour la fosse commune...
du politiquement correct aux oubliettes des consciences...
d’une solidarité désintéressée...
de l’autodafé des brochure et des magazines démagos sur le sida...
d’une opération "RUBAN PROPRE"...
de l’abolition des "48h pour le sida"...
la fin d’un journalisme pleutre et complaisant...
à un cataclysme au 228, rue du Faubourg St Martin...
à une prise d’otages chez Act-Up...
à une grève illimitée des assistés professionnels...
Cette nuit-là fut torride...
Mille fois je renouvelais mes utopies...
Au lever du jour, la sonnerie du réveil me rappela à la réalité.
La nuit suivante, j’ai encore rêvé...
J’intégrais un groupe " terroriste " doublement victime du vih.