19 avril 2013

c drogue


La journaliste allemande Wiebke Hollersen a fait sur Spiegel un bilan de la situation au Portugal à 12 ans de l'approbation en juillet 2001 de la loi 30/2000, qui a dépénalisé la consommation et la possession de drogues illégales: l'une des plus importantes expériences législatives au monde sur le sujet, qui a fait du Portugal le pays le plus libéral d'Europe en matière de drogues.

Depuis de nombreuses années, le débat sur la stratégie la plus appropriée pour lutter contre l'usage de drogues a vu d'un côté les promoteurs de la «war on drugs» (une expression utilisée pour la première fois en 1971 par l'ancien Président américain Richard Nixon), axé principalement sur la répression et de l'autre ceux qui se retiennent inutile et contre-productif la persécution des consommateurs: même l'ONU et la Global Commission on Drug Policyhanno soulignent que la «guerre contre la drogue» a échoué et qu'il est nécessaire de trouver un nouveau modèle contre le trafic et la consommation de stupéfiants.

L'article, comme de nombreuses autres études sur le cas, s'accordent à reconnaître que l'expérience portugaise a produit des résultats très encourageants: la consommation de drogues a diminué chez les jeunes, l'épidémie de VIH parmi les consommateurs a été stoppée et il y a eu une diminution de la délinquance liée au trafic de drogue et une augmentation des saisies de substances. Comme l'indique Joao Goulão, promoteur de la loi et directeur de l'Institut pour les drogues et les dépendances (le SICAD, Serviço de Intervenção nos Comportamentos Aditivos e nas Dependências ), avant 2001, le Portugal avait, dans l'Union européenne, le plus haut taux de VIH parmi les usagers d'héroïne, avec 2.000 nouveaux cas par an dans un pays avec une population de seulement 10 millions d'habitants.

Tout avait commencé dans les années quatre-vingt, lorsque l'héroïne à bon marché provenant de l'Afghanistan et du Pakistan avait commencé à inonder l'Europe. Au Portugal, la diffusion a été massive: au milieu des années 90, le nombre des toxicomanes avait atteint 100.000, 1% de la population totale, et le chiffre de ceux qui ont contracté l'hépatite ou le VIH était significativement plus élevé que celui d'un grand nombre d'autres pays.

Le gouvernement portugais a alors réalisé qu'il fallait enrayer le problème et a convoqué une commission anti-drogue composée de 11 experts, pour la plupart des non politiciens, parmi lesquels Joao Goulão, qui, avant de devenir ce qu'il est aujourd'hui, à savoir l'un des plus grands experts dans le monde en matière de drogues, était simple médecin de famille à Faro. La commission s'est principalement orientée autour du fait que «les usagers de drogues ne sont pas des criminels, mais des malades», et que la question devait faire partie de la compétence du ministère de la Santé et non pas de celle de la Justice.

L'approche qui a constitué la base principale de l'expérience au Portugal donc été la suivante: les consommateurs de drogues ne sont pas des criminels et ne doivent pas être traités comme des tels, donc arrêtés ou poursuivis (avant la dépénalisation au Portugal la peine pour possession de drogues pouvait aller jusqu'à un an de prison).

Ainsi a été approuvée la loi 30/2000, qui a décriminalisé l'usage de toutes les drogues illicites et fixé à travers une fiche, leur possession de stupéfiants en quantité correspondant à leurs besoins pour dix jours de consommation: 25 grammes de marijuana, 5 grammes de haschich, un gramme d'héroïne, 2 grammes de cocaïne et un gramme de MDMA, le principe actif de l'ecstasy. Les substances énumérées dans le tableau sont toujours illégales - "il y aurait eu des problèmes avec les Nations Unies", indique Goulão - mais les personnes trouvées en possession de drogues ne sont plus arrêtées mais envoyés devant une commission composée d'un juriste, un psychologue et un médecin (il en existe 17 dans tout le Portugal), appelées "Commission d'avertissement sur les toxicodépendances", qui évalue le parcours de l'utilisateur, son niveau de consommation de la substance et propose un soutien psychologique ou la possibilité d'accepter un traitement de "récupération" financé par l'Etat.

Le consommateur n'a pas l'obligation de suivre ces indications, mais doit éviter d'être renvoyé devant cette même Commission dans les six mois. Dans le cas contraire, il sera sanctionné pénalement par une amende allant de 25€ jusqu'au niveau du salaire minimum national.

Le Portugal traite donc la question comme un problème médical plutôt que comme un problème pénal: comme l'explique Goulão, " l'assistance thérapeutique est beaucoup plus efficace que la prison pour convaincre un toxicomane de ne pas faire plus usage de drogues"." La police portugaise envoie environ 1.500 personnes par an vers les diverses commissions, en moyenne moins de 5 par jour, et 70% des cas concernent les consommateurs de marijuana. Le Portugal a aujourd'hui l'un des chiffres les plus bas de l'Union européenne sur la consommation de marijuana chez les personnes de plus de 15 ans (10%). La consommation d'héroïne chez les 16-18 ans est descendue de 2,5% à 1,8%, comme le taux d'infection par le VIH.

Au moment où la plus grande préoccupation pour Goulão est représentée par les politiques d'austérité du gouvernement portugais suite à la crise de l'euro: la dépénalisation est en fait inutile si elle n'est pas accompagnée par des programmes visant à prévenir la consommation de drogues et du travail de "récupération" des cliniques et celle menée par les travailleurs sociaux directement dans la rue.

Des programmes qui ont un coût. Avant la crise de l'euro Portugal a dépensé 75 millions d'euros par an pour son programme anti-drogue: Jusqu'à présent, seulement un million a été retranché du budget, mais si dans le pays la crise s'aggrave ce budget pourrait être encore réduit et devenir insuffisant.