IAS2013_banner

Les enfants positifs au vih traités avec l'inhibiteur de la protéase darunavir (Prezista) potentialisé par le ritonavir, avec un traitement de base optimisé, réussissent à garder le virus sous contrôle pendant au moins 48 semaines. Cela a été révélé par une analyse des données de l'étude ARIEL, présentée à Kuala Lumpur, lors de la dernière Conférence internationale AIDS Society sur la pathogenèse, le traitement et la prévention.

Les données montrent que sur 21 enfants âgés de 3 à 5 ans vivant avec le vih, 81% a réussi à atteindre une suppression virale basée sur le seuil de 50 copies, un pourcentage qui représente une augmentation par rapport aux 57% de la suppression virale observée à 24 semaines, a déclaré Avy Violari, Directeur exécutif adjoint de la Perinatal Research Unit HIV del Chris Hani Baragwaneth Hospital de Soweto en Afrique du Sud.

"Je pense que c'est un résultat important, parce que de nombreux cliniciens pensent que si la suppression virale n'est pas obtenue dans les 24 semaines, les choses ne vont pas bien", a indiqué la spécialiste, ajoutant que cependant, dans l'étude, il y a eu des cas où le virus a été supprimé même à plus de 24 semaines.

L'auteur a également noté que le nombre des CD4 a augmenté ultérieurement par rapport aux valeurs de départ en continuant le traitement pendant plus de 6 mois. En effet, après 24 semaines, le nombre de CD4 avait augmenté en moyenne de 109 cellules/mm3 et après 48 semaines il avait encore augmenté arrivant à 187 cellules/mm3..

Après 48 semaines, trois enfants ont eu un échec virologique, dont deux n'ont jamais atteint une suppression virale et un a eu un rebond.

En outre, aucun nouveau problème de sécurité n'a été signalé en ce qui concerne le profil d'innocuité connu du darunavir / ritonavir. Dans l'analyse à 24 semaines de traitement, les problèmes de sécurité dans la cohorte pédiatrique étaient similaires à ceux observés chez les adultes.

Avy Violari a également noté qu'en 48 semaines de thérapie aucune résistance au darunavir n'a été observée, tandis que la majorité des événements indésirables chez les enfants a été associée à des maladies infantiles.

L'étude ARIEL a été menée en Argentine, au Brésil, en Inde, au Kenya et en Afrique du Sud, et a impliqué un groupe d'enfants avec une charge virale d'au moins 1000 copies / ml au départ et âgés de 3 à 6 ans, qui pesaient au moins 10 kg mais moins de 20 et ont tous été soumis à un traitement antirétroviral hautement actif pendant au moins un an avant d'être inclus dans l'étude.

Le darunavir / ritonavir est administré soit en suspension ou sous forme de comprimé. Les patients ayant un poids compris entre 10 et 15 kg ont été traités avec 25 mg de darunavir / ritonavir 3 mg par kilogramme de poids corporel, tandis que ceux d'un poids supérieur à 15 kg avec 375 mg de darunavir / ritonavir 50 mg par kilogramme.

Parmi les patients soumis au screening (42 au total) 27 ont fait une thérapie pendant 24 semaines et 21 ont continué jusqu'à 48 semaines. Le but de l'étude était d'élaborer des lignes directrices pour le traitement de ces enfants avec darunavir / ritonavir.

Diana Gibb, du Medical Research Council Clinical Trials Unit de Londres, modératrice de la session dans laquelle l'étude a été présentée, a demandé comment effectivement les enfants aient bien tolérés médicaments, notant que le goût du médicament avait été un problème et que les enfants plus âgés avaient tendance à passer aux comprimés s'ils n'aimaient pas la suspension.

Avy Violari a indiqué qu'environ la moitié des enfants a aimé le goût de la suspension de darunavir et ritonavir, environ 20% a dit qu'il s'en fichait et 30% a dit ne pas aimer le médicament.

" Il s'agit d'une étude valide", a cependant, déclaré Diana Gibb. "Cela signifie que pour l'avenir, il y a la possibilité d'utiliser le darunavir après le lopinavir / ritonavir (Kaletra), ou même de combler les lacunes que nous avons avec les combinaisons à dose fixe", a ajouté la modératrice.