vihboulet

16 juillet 2013- Les résultats de la recherche publiés dans "Retrovirology".

Appliquée aux macaques, la thérapie a fonctionné

Un remède contre le vih capable d'induire une rémission complète de la maladie semble proche. Tout cela sans avoir à contraindre les patients - environ 33 millions dans le monde - à prendre à vie la thérapie telle qu'elle existe actuellement.

C'est le rêve que maintenant, grâce à une recherche publiée dans "Retrovirology" semble avoir franchi une étape importante dans la bonne direction. Une équipe de chercheurs italo-américaine, dirigée par Andrea Savarino de l'Institut Supérieur de la Santé, a ajouté à la thérapie deux médicaments, l'auranofine, un composé déjà connu contenant des sels d'or et pour la première fois le Buthionine sulfoximine (BSO) , un agent de chimio sensibilisant, obtenant ainsi chez les macaques utilisés comme modèle de la maladie ( le plus proche du vih humain), après une suspension du traitement, une rémission de la maladie.

La combinaison de médicaments a, dans la pratique, remplacé progressivement et sans provoquer d'effets secondaires les lymphocytes "malades" par des cellules neuves et parfaitement fonctionnelles, même si, dans un premier temps elle n'a pas réussi à prévenir une recharge du virus. "Le résultat est évident, indique Iart Luca Shytaj, collaborateur de Savarino et premier auteur de l'article - de comment une branche spécifique du système immunitaire est stimulée par l'ajout du Bso au cocktail de médicaments et puisse éventuellement imiter une auto-vaccination contre le virus".

"En surveillant les macaques - affirme Savarino - très vite nous avons constaté que les nouvelles cellules immunitaires ont fermement rejeté le virus, rétablissant ainsi les singes en parfaite santé."

Les chercheurs prévoient maintenant le début d'un essai clinique début 2014. L'annonce sera faite lors de la conférence sur "Hiv persistence during therapy" qui se tiendra à Miami en Décembre en présence des plus grands experts mondiaux.

Mis à part quelques rares cas de guérison obtenues en traitant très précocement et régulièrement les patients avec la thérapie antirétrovirale, uniquement un vraie guérison a été obtenue dans le cas de Timothy Brown, connu comme "le patient de Berlin", et dans deux cas récents signalés à Boston.

"Chez ces patients, qui étaient également atteints de tumeurs du sang, des techniques invasives et dangereuses ont été appliquées pour éliminer les cellules du système immunitaire (y compris celles qui cachaient le VIH) et les remplacer par des nouvelles sans virus ni cancer" rappelle l'ISS.