HIV (1)

29 juillet 2013- Selon une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute, la survie des patients atteints de lymphome associé au vih ne s'est pas améliorée depuis que la thérapie antirétrovirale est disponible, mais elle est resté constante.

Le rôle du vih dans la pathologie néoplasique est principalement dûe à une immunodéppression, avec des prédispositions à l'apparition de tumeurs virus-associés parmi lesquels les lymphomes (associés à l'EBV), les sarcomes (HHV8) et les carcinomes du col de l'utérus (HPV). L'introduction de la thérapie antirétrovirale a changé l'histoire naturelle de l'infection à vih, en augmentant la durée de vie, mais rendant encore plus importante la maladie néoplasique qui est devenue la première cause de décès chez les personnes infectées par le vih.

Un groupe d'experts de l'Université de Caroline du Nord a évalué les différences dans la survie entre les patients vivant avec le vih et avec les différents types de lymphomes associés à l'infection, diagnostiqués à différentes périodes, pour évaluer l'impact du traitement antirétroviral sur la survie.

Un total de 476 patients ont été analysés aux Etats-Unis avec le lymphome hodgkinien (HL), le lymphome non hodgkinien (LNH), lymphome à grandes cellules B (LMNH-B), le lymphome de Burkitt (BL), le lymphome primitif du système nerveux central (LPSNC) et d'autres types de lymphomes, NHL, entre 1996 et 2010.

Les données de l'étude ont montré que les lymphomes associés au vih étaient hétérogènes et avaient changé depuis le début de l'ère de la thérapie antirétrovirale. La présentation clinique des différents types de lymphomes était très variable dans la période de l'étude ( 79 HL, 201 LMNH-B, 56 BL, 54 LPSNC , et 86 autres types de LNH). Les changements histologiques dans la proportion de BL par rapport à d'autres sous-types de LNH étaient à la hausse. Les patients diagnostiqués plus récemment avaient un âge plus avancé, étaient plus souvent des hommes (principalement d'Amérique latine), MSM (men who have sex with men) et avec des pathologies antérieures associées au SIDA. Ils avaient une probabilité plus élevée de recevoir déjà un traitement antirétroviral au moment du diagnostic de lymphome, d'avoir un nombre de CD4 plus élevé et un meilleur contrôle de l'infection.

Le diagnostic le plus récent n'était pas associé à une réduction de la mortalité. 61,6% des patients atteints de HL-associé au vih était en vie 5 ans après le diagnostic de lymphome, comparativement à 50,5% des patients atteints de BL, 44% de ceux avec LMNH-B, 43,3% des patients avec d'autres LNH et 22,8% des patients avec LPSNC.

Les patients qui ont reçu le diagnostic de lymphome alors qu'ils étaient sous traitement antirétroviral avaient un taux double de mortalité, ce qui suggère des différences biologiques importantes entre le développement de tumeurs en présence ou en absence de la thérapie antirétrovirale.

Ces données, expliquent les auteurs, cependant, doivent être confirmées par d'autres études. Les résultats soulignent cependant la nécessité de comprendre plus en profondeur la biologie des lymphomes et d'optimiser le traitement pour réduire la mortalité dans l'ère de la thérapie antirétrovirale moderne.

-------------
New York, 30 Juillet - La distance entre le lieu d'habitation et une usine qui émet du benzène peut augmenter le risque de développer une tumeur immunitaire.
Selon une étude récente menée en Géorgie sur l'incidence du lymphome non hodgkinien, le risque de maladie diminue avec la distance en kilomètres entre le lieu où l'on vit et la structure qui émet le benzène. .