aids5

New York, 9 Août 2013- Découverte d'un biomarqueur détectable par des tests sanguins qui pourraient être utilisé pour prédire quels patients soumis à une transplantation de cellules souches sont à risque accru de développer une réponse immunitaire potentiellement fatale appelée " maladie du greffon contre l'hôte ".

Bien que les spécialistes ont réduit son impact, la maladie du greffon contre l'hôte demeure une des principales causes de décès chez les patients recevant une greffe de cellules souches à partir d'une autre personne, (greffe allogénique ou allogreffe).
Le biomarqueur a été découvert par une équipe de chercheurs de l' Indiana University.

Il s'agit de la protéine ST2 (suppression of tumorigenicity 2), qui appartient à la famille des récepteurs de l' IL-2: les patients avec des niveaux élevés de la protéine ont deux fois plus de probabilités de contracter la maladie du greffon contre l'hôte et environ quatre fois plus de mourir dans les six mois suivant la transplantation.
Les résultats de l'étude ont été publiés dans le «New England Journal of Medicine».

La maladie du greffon contre l'hôte (Graft versus Host Disease, - GvHD- ) - la réaction de rejet contre l'hôte - est l'une des complications les plus dangereuses qui peuvent survenir après une transplantation de cellules souches.
Avec les infections, la Graft est responsable du taux encore élevé de mortalité dans les greffes allogéniques et cela a été malheureusement constaté avec le décès il y a un mois, du petit garçon de 12 ans Eric Blue né positif au VIH, qui a développé une leucémie aigüe et que l'on espérait qu'il devienne le nouveau Timothy Brown.

D'autre part, la Graft est considérée comme l'un des éléments qui peuvent conduire non seulement à la réussite de la transplantation avec la défaite de la pathologie hématologique qui l'a rendue obligatoire, mais aussi pour l'éradication du VIH précisément parce qu'elle contribue à la destruction des cellules restées infectées même après la ART et le traitement de conditionnement (chimiothérapie et radiothérapie) avant la transplantation.