aids free

 

 

 

 

 

 

 

28 octobre 2013- En début de semaine, The Lancet, la revue médicale la plus connue, a publié trois articles aux titres très accrocheurs, concernant les futures perspectives de l'épidémie de VIH / sida.

Le premier article, intitulé "Achieving an AIDS-free world" ( débarrasser le monde du sida ), écrit par Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, secteur du NIH américain, est le plus optimiste. Il parle des succès obtenus dans la fourniture de traitements aux patients ( 9,7 millions de personnes traitées sur un total de 35,3 millions infectées dans le monde , principalement en Afrique ), de la réduction de la probabilité de contamination générée par le traitement, de la réduction de la transmission de l'infection mère-enfant, présentant pour la première fois l'hypothèse d'un contrôle de l'épidémie et éventuellement de mettre un terme à ce problème.

L' article, cependant, mélange des données épidémiologiques certainement positives avec d'autres de la recherche, où les certitudes sont encore très loin : un remède «éradicant» ou «fonctionnel » ( dans lequel le patient ne se libèrerait pas le virus mais serait en mesure de le contrôler sans thérapie ), et un vaccin efficace sont les domaines d'une vivace recherche, mais pour l'instant pas de signes positifs possibles.

Le deuxième, "The end of AIDS: HIV infection as a chronic disease" ( La fin du sida: l' infection à VIH devient une maladie chronique), de l'un des chercheurs les plus brillants de Californie, Steven Deeks, rentre lui, plus réalistiquement dans le détail dans le problème et mérite quelques commentaires de plus. A la fin de l'introduction en effet, le titre est complètement expliqué: " ... Bien que le SIDA , comme syndrome, diminuera en fréquence chez les sujets identifiés tôt et traités de façon appropriée, pour transformer ultérieurement la maladie du VIH, des solutions sont nécessaires pour trois problèmes apparemment distincts: l'inflammation associée à l'infection à VIH, les systèmes sanitaires surchargés, et enfin, la persistance de l'infection virale".

Parmi les différentes analyses, Deeks réfléchit sur le fait que les pays en développement, et en particulier en Afrique sub-saharienne, malgré les efforts pour contenir l'épidémie, se trouvent aujourd'hui confrontés à une maladie chronique qui, bien que moins dramatique que le sida, comporte plus de tumeurs, plus le diabète, plus d'hypertension, plus d'infarctus, en bref, soigner l'infection à VIH signifie prendre en charge des sujets qui vieillissent prématurément et donc pèsent plus sur le système sanitaire.

Cela est particulièrement vrai pour les patients chez qui l'infection est reconnue et diagnostiquée tardivement, qui ont alors plus de stocks de virus dans le corps et un état d'inflammation chronique qui prédispose à diverses maladies.

Très différente toutefois, est la condition des sujets reconnus et traités tôt, pour lesquels dans les dernières années le moment l'instauration du traitement a été notablement anticipé, et a même été introduit le critère de la contamination pour les personnes qui de par leur style de vie risquent d'infecter sexuellement d'autres personnes. Même ici, toutefois, la toxicité des médicaments, à long terme, menace de toute façon, la santé des patients et nécessite une surveillance qui pour de nombreux systèmes sanitaires n'est pas soutenable.

Deeks suggère la décentralisation des soins chroniques, à mettre en œuvre sur le territoire avec une formation adéquate des centres médicaux, pour réduire les coûts, et souligne l'absolue nécessité de contrôler la quantité de virus dans le sang ( une pratique normale pour nous, mais limitée par les coûts en Afrique ). La persistance de l'infection à VIH mènera au vieillissement de la population africaine et vraisemblablement à un risque accru de tuberculose. En outre, même dans les pays industrialisés le“treatment cascade” est bien connu, c'est à dire le quota de sujets probablement positifs au vih, sujets diagnostiqués, rattachés au système sanitaire, effectivement suivis et traités, avec une suppression virologique optimale (moins de 50 copies ). Aux États-Unis, par exemple, sur 100 sujets vih - positifs seulement 28 sont dans la suppression optimale, tandis que d'autres se sont arrêtés aux étapes précédentes.

Cela signifie que même là où il y a les ressources, l'introduction de la thérapie n'est actuellement pas suffisante pour s'approcher de l'éradication. Deeks analyse donc, brièvement les pas effzctués en vue de l'éradication et les résultats obtenus en traitant les patients à un stade très précoce (dont, cependant, il est rare de connaître le moment exact de l'infection) . Dans l'ensemble, l' article est une analyse très équilibrée et utile pour réfléchir sur la durabilité de la lutte par l'infection à VIH et son impact dans les années à venir.

Le troisième article, "Antiretroviral treatment of HIV-1 prevents transmission of HIV-1: where do we go from here" ( la thérapie antirétrovirale prévient la transmission du VIH -1: évolutions possibles ), le travail d'un groupe de chercheurs de l'Université Caroline du Nord, commence par la constatation que dans 11 sur 13 études, la thérapie antirétrovirale réduit sensiblement la transmission de l'infection au partenaire. En particulier, une grande étude randomisée a démontré une réduction de la transmissibilité de 96,4 %.

Cependant, de nombreuses questions restent en suspens, telles que l'individualisation précoce des personnes infectées afin de pouvoir commencer à temps le traitement, l'adhésion des patients au traitement, qui peut conduire à des souches résistantes aux médicaments et transmissibles, et le manque de données, dans ces études, sur la population homosexuelle et toxicomane.

En particulier, les auteurs soulignent la réduction manquée ou même la croissance des nouvelles infections chez les communautés homosexuelles chez qui le traitement antirétroviral est disponible et largement diffusé, ce qui démontre que l'optimisme à cet égard pourraient être superficiel. Les auteurs, cependant, poussent sur la nécessité de développer ultérieurement la recherche dans le domaine de la prévention pharmacologique.

Dans l'ensemble, il faut dire que de nombreux pas en avant importants ont été réalisés, qu'il a été possible de fournir des médicaments coûteux aux patients et aux systèmes sanitaires qui n'auraient jamais été en mesure de les acheter ( même si la proportion est encore inférieure à un tiers du total des personnes à traiter), que surtout le deuxième article cherche à entrer dans le fond sur la façon de traiter les problèmes à venir.

Cependant, à la lecture de ces articles, le sujet principal semble disparaître : l'homme , avec sa responsabilité, avec sa capacité de discerner le bien du mal, avec sa possibilité de décider de ne pas exposer les personnes à l'infection les personnes qu'il cotoie. Ces aspects sont généralement considérés comme tabou, comme si la responsabilisation était une restriction de la liberté personnelle. Le sentiment est que, en réalité, les articles documentant l' immense effort mais aussi l' échec d'une politique qui vise à résoudre les problèmes de l'humain sans le considérer et l'impliquer en première ligne.