mafieux

28 décembre 2013- Encore un autre chercheur sur les vaccins a été découvert alors qu'il faisait une fausse recherche sur un vaccin contre le vih.

S'ajoutant au modèle de la fraude scientifique et de criminalité qui caractérise l'industrie moderne des vaccins, le Dr Dong- Han Pyou de l'Iowa State University a démissionné cette semaine après avoir admis avoir utilisé des échantillons de sang de lapin à la place du sang humain sain afin de certifier faussement la présence d'anticorps pour "démontrer" le fonctionnement de son nouveau vaccin contre le vih.

Le National Institutes of Health ( NIH ) était ainsi ignorant de la fraude qui a financé la recherche de Poy Han à hauteur de 19 millions de dollars.
Le NIH a également prouvé la fraude après avoir tenté de reproduire le travail de Han découvrant les énormes incohérences de l'étude.

Dès qu'ils ont été rendus publics, les documents fédéraux révèlent la surprenante ampleur de la fraude.

con la frazione di gp41-54 del HIV glicoproteina gp41 avesse degli anticorpi indotti capaci di neutralizzare una vasta gamma di ceppi HIV-1.

Comme le démontrent les conclusions:
L'enquête a conclu que le chercheur avait falsifié les résultats de sa recherche pour développer un vaccin contre le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 (VIH - 1 ) volontairement en enrichissant des échantillons de sérum de lapin avec des anticorps pour fournir les résultats désirés.

Une synthèse de la fraude a également été publiée sur RetractionWatch.com, un site qui publie souvent les détails des fraudes sur la recherche de Big Pharma

Les 19 millions de dollars escroqués par la recherche de Han ressemblent étrangement à la fraude dans l'industrie des vaccins conçue par des ex virologistes de Merck Stephen Krahling et Joan Wlochowski.
Dans un dossier peu connu, ces deux scientifiques ont été accusés par Merck de cloner des examens du sang le vaccin des oreillons avec des anticorps d'origine animale en vue de fabriquer des vaccins ressemblants aux vaccin efficaces.

Cette fraude a permis à Merck la fausse revendication que son vaccin contre les oreillons avait une efficacité de 95 % .
En réalité, le vaccin frauduleux contre les oreillons de Merck a effectivement contribué à la propagation des oreillons aux États-Unis.

La propagation des oreillons, bien évidemment, se traduit par plus de ventes de vaccins. Cette fraude scientifique est bien sûr en mesure de produire d'énormes profits pour les fabricants de vaccins. Dans de nombreux cas, les vaccins en fait, propagent la maladie qu'ils prétendent prévenir.

Aucune sanction pour la fraude scientifique

Pour avoir été surpris à voler 19 millions de dollars, l'argent des contribuables, le Dr Dong- Han Pyou a été tout simplement été empêché de ne recevoir aucun financement de contrat public pour une période de 3 ans. 

Pas de prison. Aucune accusation pénale. Même pas une tentative pour le forcer à rembourser les fonds qu'il a volé.

Les producteurs de vaccins, trop souvent, sont régulièrement découverts pendant qu'ils sont engagés dans une corruption généralisée.
GlaxoSmithKline, par exemple, a récemment admis avoir commis diverses infractions en accord avec le Département de la Justice.

Malheureusement toutes ces sociétés - GSK, Pfizer, Merck et d'autres, restent libres de faire des affaires avec les mêmes gouvernements dont la tradition de frauder est coutumière.

Dans le domaine des vaccins, la fraude fait partie de la culture d'entreprise, comme en témoigne la science frauduleuse, la fixation et l'entente sur les prix des médicaments, la corruption généralisée des médecins et la falsification des preuves "scientifiques".