vaccin2

21 janvier 2014- Les résultats expérimentaux ont montré que le vaccin thérapeutique AT20 n'a pas d'effets secondaires et est capable d'induire la formation d'anticorps capables de neutraliser la toxicité de la protéine p17 du vih chez 100% des sujets vaccinés.
L' AT20 a été administré cinq fois sur cinq mois à des volontaires sous traitement antirétroviral. Les vaccins thérapeutiques, en effet, ont pour but d'augmenter la formation d'anticorps chez les vih+.

L'expérimentation du vaccin AT20 a été mise au point par le Professeur Arnaldo Caruso, Directeur de la Section de Microbiologie, de l' Université de Brescia et les résultats ont été publiés dans la revue scientifique « Vaccine ».

Le vaccin neutralise la protéine p17
Les études menées pendant des années par le groupe de Caruso, en collaboration avec des équipes de recherche allemandes, britanniques et américaines, ont montré que la p17 est produite en continu par les cellules infectées, même chez les patients recevant un traitement antirétroviral. En substance, la p17 est la molécule clé pour le développement des principales maladies liées au vih, tels que les troubles neurologiques, les maladies vasculaires et les tumeurs qui sont la principale cause de décès dans la population concernée.

Le vaccin sera administré à plus de patients
La première phase de tests sur les humains s'est donc achevée avec succès, l'étude se poursuivra sur un plus grand nombre de sujets vih+ et sera finalisé pour évaluer, de manière définitive, l'efficacité du vaccin AT20