Complete Cure Device

24 février 2014- La découverte égyptienne divise les scientifiques.

Elle promet de diagnostiquer la maladie et d'éliminer le virus. Propagande ou réalité ? Un dispositif qui permettrait de diagnostiquer le vih et l'hépatite C et une machinerie capable d'éliminer le vih. La découverte, baptisée "Complete Cure Device", pourrait être révolutionnaire - mais il n'existe aucune publication scientifique ou de confirmation par des chercheurs indépendants sur l'efficacité de la méthode - .

L'ANNONCE de L'ARMÉE. L'annonce a été faite le 22 féévrier 2014 au cours d'une conférence de presse officielle des forces armées égyptiennes, le général Ibrahim Abdel Atty, porte-parole médecin de l'armée du Caire est sûr d'avoir trouvé la façon d'identifier et d'éradiquer ces maladies "avec une efficacité proche de 100 % ".

 

Les nouveautés ont été présentées comme des grands succès de la recherche égyptienne et il a été souligné que les nouveaux diagnostics peuvent considérablement réduire les coûts pour le traitement du VIH et de l'hépatite C. La méthodologie révolutionnaire, en fait, serait en mesure de détecter les ondes électromagnétiques émises par le virus, évitant donc de recourir au prélèvement sanguin. Les scientifiques de l'armée, cependant, ont préféré conserver une certaine réserve sur la découverte. Et ils ont décidé de ne pas publier le rapport de la recherche. Pourquoi?

Pour éviter que les dispositifs soient fabriqués par des sociétés pharmaceutiques internationales à des prix trop élevés. Cependant, certains petits bouts d'une vidéo pour fournir des preuves scientifiques ont été publiés.

 

L'annonce égyptienne a déjà suscité l'ironie des experts ( le conseiller scientifique du président de l'Egypte Essam Heggy a critiqué l'annonce), qui ont fait remarquer qu'il n'y a aucune preuve scientifique. Certains blogueurs ont même trouvé que ces appareils ressemblent beaucoup à un détecteur de fausse bombe qui a été vendu par un escroc anglais en Irak. INTÉRÊT DES SCIENTIFIQUES. L'armée a pris ces découvertes très au sérieux, au point qu'elles ont même été annoncées sur le site officiel de l'armée. Il semble également que même un Professeur de l'University College de Londres et a été stupéfié par le dispositif, déjà utilisé dans un hôpital dans le nord de l'Egypte, et a demandé de pouvoir le montrer aux des experts européens indépendants.

 

RISQUE DE PROPAGANDE. En attendant que les chercheurs égyptiens expliquent mieux leur découverte au monde, il y a ceux qui pensent qu'il s'agit d'une simple annonce propagandiste pour renforcer le pouvoir de l'armée et pour démontrer que les forces armées représentent l'excellence dans le pays, même dans le domaine scientifique. Une façon d'augmenter le consentement de l'armée que certains chercheurs égyptiens n'aiment pas, préoccupés par la crédibilité du Caire dans la recherche médicale et les essais cliniques.