symbole

13 mars 2014- Etats-Unis - Un cas de transmission du vih d'une femme à une autre a été signalé par les autorités sanitaires américaines.

Une femme de 46 ans a contracté le virus de l'immunodéficience humaine, lors de relations homosexuelles avec sa partenaire lesbienne positive au vih au Texas, a déclaré le Centers for Disease Control and Prevention.

Il n'a pas été signalé d'autres facteurs de risque, tels que l'utilisation de drogues injectables, greffes d'organes, tatouage, acupuncture ou rapports sexuels non protégés avec des partenaires multiples.

La souche de vih par laquelle elle a été infectée avait une correspondance génétique de 98% avec celle de sa partenaire, a indiqué le CDC dans son rapport.
Les deux lesbiennes ont décrit leur contact sexuel comme parfois violent au point d'induire des hémorragies" selon le rapport du CDC.
" Elles ont également référé avoir des rapports sexuels non protégés pendant les menstruations réciproques ".

Le CDC a averti que " la transmission de la femme à la femme dans les relations lesbiennes est possible parce que le vih peut être trouvé dans le liquide vaginal et le sang menstruel ".
Un sondage sur 960000 femmes donneuses de sang - dont 144 ont été testées positives au vih - ont été écartées du don du sang.

Des 144 infectées, plus de 106 étaient lesbiennes, bien que dans ce cas le contact sexuel femme-femme n'était pas le seul facteur de risque.

Le CDC a également décrit le cas d'une femme dans les Philippines testée positive au vih qui a dit qu'elle n'avait des relations sexuelles qu'avec des femmes.

Un autre cas connu d'une femme de 20 ans qui a contracté le virus après une relation homosexuelle de deux ans avec une partenaire positive au vih. Les deux femmes avaient les mêmes mutations résistantes aux médicaments.