aids_200_200

Washington, le 19 mai 2014 - Un groupe de chercheurs de l'Université de l'Utah a trouvé le moyen pour observer la nouvelle formation de particules émergentes du vih, ou " bourgeonnement " des cellules humaines infectées sans interférer avec le processus.

La méthode développée montre qu'une protéine appelée ALIX est impliqué dans les phases finales de la réplication du virus et non pas avant, comme on le pensait depuis toujours. La recherche de Saveez Saffarian et ses collègues a été publiée dans la revue PLoS One.
" Pour la première fois, nous avons réussi à voir la protéine ALIX sollicitée par le vih en " bourgeonnement ".

"Nous savions tous que cette protéine était impliquée dans le processus de " bourgeonnement " du virus, mais personne auparavant n'avait pas encore vu ces stades ", a déclaré Saffarian.

La découverte est très importante d'un point de vue scientifique pour la recherche fondamentale, mais n'a aucune signification clinique immédiate pour les personnes positives au vih, puisque la protéine ALIX est impliquée dans trop de fonctions critiques de l'organisme, comme la division cellulaire, pour pouvoir représenter une cible probable pour de nouveaux médicaments.