Stéphanie de Monaco

Publié le mardi 19 juin 2012 à 12H05

La princesse Stéphanie de Monaco évoque à Carpentras sa lutte pour les malades du Sida

Loin de l'épidémie, depuis deux ans, les personnes malades du Sida sont accueillies à la Maison de vie (lire ci-dessous) à Carpentras. Cette structure non médicalisée, pensée par la princesse Stéphanie de Monaco, est un lieu où les bénévoles redonnent le goût d'échanger, d'accepter la possibilité d'une relation amoureuse que les malades s'interdisent parfois… "On y vient, on y dépose son histoire, son trop-plein dit Didier Rouault, le directeur de la Maison de vie. Et on s'en va le coeur léger". La princesse est allée à la rencontre des résidents. Nous l'avons interviewée.

- Deux ans après son ouverture, où en est la Maison de vie ?
Stéphanie de Monaco : C'est un bilan positif au regard de tous les témoignages laissés par les résidents après leur passage. Pour beaucoup, ça a été une transformation, un nouveau départ. C'est le plus beau des cadeaux. On s'est démené, même si ça n'a pas été toujours facile de mener ce projet. Mais, cela valait vraiment la peine.

- Est-ce que vous avez le sentiment que le message que vous voulez faire passer progresse ?
S.de.M. : Par moment oui, et heureusement, car il y a encore beaucoup de personnes séropositives. Mais par moment non. Regardez par exemple aujour- d'hui, aucun des résidents présents ne souhaite être photographié. Leur famille ou leurs collègues de travail ne savent pas qu'ils sont malades. Ils sont dans le secret, la solitude. C'est terrible de se dire que ce n'est pas le VIH qui va les tuer, mais le regard des autres. Cela, il faut tous qu'on s'en souvienne. Il faut arrêter avec ces préjugés.

- Comment vous impliquez-vous à distance ?
S.de.M. : Malheureusement, j'aimerais venir beaucoup plus. Nous organisons (avec son association Fight Aids Monaco, Ndlr) des événements, des collectes de fonds. Il faut mobiliser les gens. Didier Rouault, le directeur, vient souvent nous faire des rapports sur ce qui se passe, on est en lien téléphonique, il m'envoie les témoignages des résidents, les résumés par mails de certains séjours. Fight Aids Monaco et la Maison de vie travaillent en symbiose.

- Une héritière anonyme vient d'offrir 1M€ à la Maison de vie. Comment sera utilisé ce don ?
S.de.M. : C'est merveilleux qu'il existe encore des gens généreux comme elle. Je voulais d'ailleurs la remercier. C'est important qu'il y ait encore des gens prêts à faire cela (l'héritière a vendu ses bijoux chez Christie's et partagé 32M€ entre 32 associations, Ndlr). Dans la vie, personne n'est à l'abri de la maladie. On va étaler cette somme pour pouvoir être auprès des gens ici mais aussi sur Monaco avec Fight Aids. Cet argent sera utilisé à bon escient comme d'habitude et en toute transparence. Ça ne va pas dans nos poches, c'est pour du concret.

- Comment conciliez-vous votre statut de princesse et votre rôle de maman de trois enfants ?
S.de.M. : Pour moi, le rôle de princesse, c'est juste parce que j'ai eu des parents qui ont été princes et princesses de Monaco. C'est quelque chose de naturel. Maman, en revanche, c'est mon métier à plein-temps. Toutes mes activités gravitent autour de ce rôle central. J'estime qu'il faut vraiment être à l'écoute de ses enfants. La communication, c'est quelque chose de primordial. Je suis peut-être un peu trop mère poule quelque fois, mais c'est normal.

- Votre fille Pauline vous vole la vedette avec ses prouesses dans la discipline du plongeon…
S.de.M. : C'est une belle jeune fille de 18 ans qui fait plein de choses intéressantes, qui est intelligente. C'est bien qu'elle fasse parler d'elle par ses passions et par le sport plutôt que comme une jet-setteuse.

Mélanie FERHALLAD

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/stephanie-de-monaco-cest-le-regard-des-autres-qui-va-les-tuer