REPORTAGE Le laboratoire pharmaceutique Elaiapharm, à Sophia-Antipolis, a mis en flacon les 1200 doses du prometteur traitement curatif du VIH qui sera prochainement testé à Marseille sur des séropositifs volontaires.

Créé 05-02-2013 15:04 | Mis à jour 05-02-2013 18:05

Dans les longs couloirs blancs immaculés de la zone de production du laboratoire pharmaceutique Elaiapharm, des employés portant masque et combinaison stériles s’affairent autour d’un chariot rempli de petits flacons. D’autres s’activent près d’une étrange machine en inox. Un grand silence règne. Recouverts nous aussi de la tête aux pieds, nous franchissons des accès sécurisés qui s’ouvrent grâce aux empreintes digitales de notre guide. Le décor est surréaliste, limite cinématographique.
Préparation de 1 200 flacons
C’est là, de l’autre côté de ces épaisses fenêtres que le prometteur vaccin anti sida, présenté il y a quelques jours par le docteur Erwann Loret à Marseille, a été fabriqué. En tout, 1 200 flacons de 5 millilitres, contenant le précieux produit sous forme de poudre, serviront à la prochaine expérimentation menée sur des humains. "Huit personnes ont travaillé sur la fabrication à proprement parler durant trois jours l'été dernier, explique Anne-Lise Thinsy, chef de projet nouveaux produits et qualification. Mais nous avions commencé dès mars 2012 les premiers échanges avec le professeur. Habituellement, nous faisons des lots en quantité plus importante, il nous a fallu adapter nos moyens de productions."
Des vaccins expédiés lundi à Marseille
Concrètement, le laboratoire a reçu la protéine synthétique du vaccin en conditionnement vrac (poudre), fournie par le professeur Loret. Ce principe actif a d’abord été mis en solution dans un grand contenant en verre d’une vingtaine de litres. "Ensuite, il y a eu une double filtration stérilisante avant la répartition dans les flacons dans des conditions stériles puis la lyophilisation qui permet de conserver le produit plus longtemps", détaille Florence Guillaud, pharmacien responsable. Les lots fabriqués ont franchi les étapes des différents contrôles la semaine dernière et devaient être expédiés vers Marseille lundi.

Si cette fabrication est sans conteste très médiatisée, le laboratoire de façonnage pharmaceutique Elaiapharm, qui emploie 158 personnes à Sophia Antipolis, est loin d'être un inconnu du secteur : il produit environ chaque année 54 millions de boîtes de médicaments que l’on trouve en pharmacie et dans les hôpitaux pour un chiffre d’affaires de 20 millions d'euros en 2012. Depuis son rachat en 2009 par le groupe danois Lundbeck, cette société fait l’objet d’un important plan de modernisation (matériel, recrutement…) de 50 millions d'euros.
http://www.metrofrance.com/info/a-sophia-antipolis-on-fabrique-le-vaccin-anti-sida/mmbe!46oytgqnvm2U/