logoaids

ÉTUDE CHARTER

L' insufficience neurocognitive est un problème dans lequel les facteurs prédicteurs sont pas encore clairs. Elle a été associée à un faible nombre de CD4 et l'étude présentée sur 1525 patients visait à comprendre s'il y avait une corrélation directe entre les deux facteurs. Scott Letendre a confirmé que, même en ajustant toutes les variables, l'insuffisance neurocognitive est influencée par le nadir des CD4, même si elle est atténuée par une thérapie antirétrovirale. Mais elle reste, une fois diagnostiquée, présente même si la virémie n'est pas quantifiable. Pourtant, le nadir de CD4 peut représenter l'érédité d'une infection qui a produit un dommage cérébral lent et irréversible. La prévention de l'immunosuppression sévère peut donc conduire à de meilleurs résultats sur le système neurocognitif, ce qui suggère que la thérapie commencée avant que le dommage immunologique peut être un facteur déterminant pour prévenir les problèmes neurocognitifs.

ÉTUDE VERxVE

Viramune XR. Nouvelle formulation de la névirapine 400 mg "à libération lente." L'étude randomisée VERxVE sur 1011 patients naïfs a montré comment la nouvelle formulation est équivalente (81% vs 76%) en termes de réduction de la charge virale à 48 semaines par rapport à la précédente, ainsi que dans le gain des CD4. Dans les deux bras les 2 INTI d'association ont été TDF / FTC et il y avait une période d'induction à 200 mg (demi-dose) dans les 14 premiers jours. La nouvelle formulation est comparable à l'ancienne en termes de toxicité, une légère amélioration ( légèrement moins toxique) avec cette nouvelle formulation. Le recrutement des patients a maintenu le critère de l'indication thérapeutique du médicament, à savoir chez les femmes VIH avec un nombre de CD4 <250 et chez les hommes vih avec un nombre de CD4 + <400.

ÉTUDES ECHO et THRIVE

TMC 278 (rilpivirine). Les études de phase III chez les patients naïfs ECHO et THRIVE, dans une analyse conjointe sur 1400 patients, ont comparé ce nouveau INNTI au sustiva. Les deux médicaments ont été principalement associée au TDF / FTC ( Truvada), cependant, il existe également des associations avec AZT/3TC et ABC/3TC (Ziagen / Epivir). L'analyse à 48 semaines a montré la même efficacité en termes viro-immunologique ( respectivement charge virale <50 cp / mL, 84,3% vs 82,3%; gain de CD4 de +192 contre +176 ) et des effets secondaires mineurs mineurs dans le bras avec rilpivirine. Cependant, il est à mettre en évidence comment la mutation qui émerge de la rilpivirine à l'échec (E138K) compromet également l'utilisation du INNTI Etravirine (Intelence). Les facteurs demeurent flous sur les données sur la stratification pour les bras INTI utilisés et la raison pour laquelle le taux d'échec virologique était respectivement de 9% contre 4,8% , ainsi que le fait que la nouvelle combinaison semble mieux fonctionner avec des charges virales initiales < 100.000 cp / mL. Peu de données ont été rapportées en termes de signification statistique. Le médicament semble prometteur et sera également coformulé avec TDF / FTC (Truvada).

TBR-652

Nouvelle molécule de Tobira Therapeutics en phase de test IIa. Il s'agit d'un inhibiteur du CCR5 et du CCR2. Divers dosages sont testés chez 54

patients sous monothérapie et divers paramètres immunologiques pris en compte notamment l'IL-6, biomarqueur d'immuno-activation. Le dosage de 75 mg semble la plus prometteur à la fois sur les paramètres virologiques classiques qu'à ceux d' immunoactivation innovants. L'année prochaine devrait commencer une étude étendue de phase IIb.

ÉTUDE Progress


ÉTUDE SPARTAN

94 patients avec une charge virale supérieure à 5000 cp / mL, stratifiés par> ou <100.000 cp / mL ont été randomisés (2:1) pour recevoir soit du ATV + RAL ( REYATAZ / Isentress) (300/400 mg deux fois par jour) ou ATV / r + TDF / FTC QD à des doses standard. Les résultats à deux semaines, montrent une charge virale <50 cp / mL, respectivement, 74,6% contre 63,3%, le gain de CD4 était de +166 contre +127. Le pourcentage de répondants est maintenue, même à 48 semaines (82,2% vs 76%). A 24 semaines, 3 patients du premier bras ont développé des mutations au RAL ( Isentress).

ÉTUDE A4001078

121 patients avec des CD4 > 100 et virus R5 tropique ont été randomisés (1:1) pour recevoir ATV/r avec 150 mg de maraviroc QD ou avec TDF/FTC.Les résultats viro-immunologique à 24 semaines montrent l'équivalence des deux stratégies. L'étude se poursuivra jusqu'à 48 semaines, cependant, n'est pas assez puissant pour démontrer la non-infériorité.


ÉTUDES DE SWITCH

D' IP / r ( inhibiteurs de protéase boosté par le ritonavir -Norvir-) à raltégravir. Les personnes qui changent de thérapie en passant d' IP/r à raltégravir, dans la condition de la suppression virologique. Deux études (SPIRAL et ODIS ) ont été examinées. Dans le premier l282 patients ont été randomisés ou à continuer ou IP / r + 2 INTI ou switcher avec le RAL (isentress), toujours en association avec des INTI. Les IP / r principalement utilisés étaient LPV / r et ATV / R. RAL à 48 semaines a bien résisté en termes d'efficacité viro-immunologique.

J Gatell, qui a présenté les résultats, a mis en évidence comment "la tenue du switch" s'est avérée être un échec particulièrement chez les patients qui dans le passé avaient eu des monothérapie avec des INTI ou qui avaient accumulé des mutations aux INTI. Une autre raison des meilleurs résultats par rapport au SWITCHMARK pourrait être que les patients étaient depuis plus longtemps en charge virale supprimée avant le switch. De même, à été concluse l'étude OTIS sur 222 patients, qui explorait le RAL QD dosé à 800 mg bras dans lequel il y avait cependant, plus d'échecs.

ÉTUDE ATLAS

La stratégie de 2 NRTI + ATV / r à 3TC + ATV / r a été testée sur 40 patients avec une virémie supprimée et vise à vérifier ce régime de maintien en supprimant en substance le TDF ou l' ABC en l'absence de mutations antérieures au 3TC ou au ATV. Les résultats à 24 semaines, principalement sur les patients qui à la base assumaient le TDF, montrent la tenue viro-immunologique du régime, ainsi que l'amélioration de la fonction rénale (clairance de la créatinine et fonction glomérulaire) chez ceux qui prenaient du ténofovir en premier.